LA REGLE DE SAINT BENOIT
L'ancienne Salle du chapitre (12e siècle)

L'ancienne Salle du chapitre (12e siècle)

Partagez cette page

Règle de saint Benoît

Dans la salle du chapitre, chaque jour la communauté entend un commentaire d'un chapitre de la Règle de saint Benoît (d'où son nom)

20 avril


Chapitre 64


De l’institution de l’Abbé


Dans l'institution de l'abbé,

on se fixera toujours pour principe d’établir celui qu’élira,

d’un commun accord,

toute la communauté inspirée par la crainte de Dieu

ou une majorité même faible de la communauté.

C’est pour le mérite de sa vie et sa doctrine de sagesse

que sera élu celui qu’il faut instituer,

même s’il est le dernier par son rang dans la communauté.

Si par malheur la communauté entière, d’un même avis,

élit une personne complaisante à ses vices

et si ces vices viennent à être connus de l’évêque diocésain dont relève ce lieu,

ou des abbés et des chrétiens du voisinage,

ils empêcheront que prévale l’accord de ces moines dépravés

et ils donneront un administrateur qui convienne à la maison de Dieu,

assurés qu’ils en recevront bon salaire,

s’ils le font avec pureté de coeur et par zèle pour Dieu,

et qu’inversement ce serait péché s’ils négligeaient de le faire.


21 avril


Chapitre 64


De l’institution de l’Abbé (suite)


Une fois institué, l’abbé pensera toujours

à la charge il a reçue et à celui à qui il rendra compte de sa gestion.

Il saura qu’il lui faut plutôt être pour les autres

que passer devant les autres.

Il convient donc qu’il soit instruit de la loi divine,

pour qu'il sache où puiser le nouveau et l’ancien.

Qu’il soit chaste, sobre, compatissant,

et qu’il fasse toujours passer la miséricorde avant le jugement,

pour être traité de même.

Il haïra les vices, il aimera les frères.

Quand il aura à corriger, il le fera avec prudence et sans excès :

qu'en voulant gratter la rouille, il ne brise pas le vase.

Il aura toujours à l’esprit sa propre fragilité,

et se souviendra qu’il ne faut pas broyer le roseau affaibli.

En cela, nous ne disons pas qu’il permette d’entretenir les vices.

Mais il les éliminera avec prudence et charité,

quand il verra que cela s’impose selon les cas,

comme nous l’avons déjà dit.

Qu’il travaille à être aimé plutôt qu’à être craint.

Il ne sera ni agité, ni anxieux, ni excessif, ni obstiné,

ni jaloux, ni soupçonneux, sans quoi il n’aura pas de repos.

Dans ses ordres, il sera prévoyant et circonspect.

Qu’il commande un travail pour Dieu ou pour les affaires de ce monde,

il discernera et tempérera, pensant à la discrétion de saint Jacob disant :

"Si je fatigue mes troupeaux en les faisant trop marcher,

ils mourront tous en un jour."

Saisissant donc ces témoignages et d’autres

rendus à la discrétion, la mère des vertus,

qu’il tempère toutes choses

pour que les forts désirent davantage

et les faibles ne fuient pas.

Surtout qu’il observe en tout point la présente règle.

Alors, ayant bien administré, il entendra du Seigneur

ce qu’entendit le bon serviteur qui, en temps voulu,

donna la nourriture à ses co-serviteurs :

"En vérité je vous le dis, il l’a établi sur tous ses biens.»

On peut retrouver toutes les vidéos de ce commentaire de la Règle, sur Youtube en cherchant : Règle de Saint Benoît.....